Le satyre

Aller en bas

 Le satyre Empty Le satyre

Message par Jycé le Lun 14 Mai 2018 - 18:13

Je vais vous conter une histoire, est-elle Triste, gaie, ce sera à vous de le décider et de juger……

Il y avait une fois, oui il y avait, car « il était » serait impropre ! Donc, il y avait une fois dans un petit village de notre beau pays (la France) mais un village éloigné de tout et au fin fond de ce que l’on appelle « la France profonde » une vieille masure qui ne payait pas de mine et qui était habitée par un très vieil homme. Les vieilles du village qui elles avaient déjà un âge très certain et bien avancé disaient en parlant de lui qu’il avait au moins 150 ans et qu’elles l’avaient toujours connu, et qu’à l’époque de leur jeunesse il était déjà vieux ! Devant sa maison une vieille voiture qui elle aussi datait d’un autre temps dont « le vieux bonhomme » se servait pour aller au marché

Cet homme était très grand et légèrement voûté par les ans, boitant légèrement de la jambe gauche et un peu handicapé de son bras gauche. Le front haut et encore coiffé d’un belle chevelure grise, mais balafré sur le coté gauche de son visage : il faisait peur à tous tellement sa laideur était importante. De plus il avait un patronyme impossible à prononcer « Monsieur Atgromwichlaslogochoum » Les enfant du village le nommaient Monsieur Atchoum »

Cependant malgré son malheur qui avait du lui arriver, le personnage possédait une propriété magnifique : un grand bois où au milieu coulait un source d’une parfaitement cristalline et qui allait se déverser dans son immense jardin, Jardin qui lui donnait de très beaux légumes, de très beaux et bons fruits les meilleurs que l’on pouvait déguster aux alentours. Il possédait aussi quelques poules, Canards, oies et chèvres : ces dernières lui donnait un lait crémeux avec lequel il fabriquait de merveilleux fromages. Les œufs étaient gros et possédait toujours deux jaunes parfois trois…

Les vieilles pensaient qu’il avait fait un pacte avec le diable, ce n’était guerre possible autrement ! Cependant notre homme allait tous les dimanches à la messe, arrivait le dernier sans se faire remarquer, prenait la communion et disparaissait avant que tous puissent sortir et aller s’abreuver au café face à l’église.

Un jour, un jeune couple avec une jolie petite fille blonde aux yeux bleus arriva au pays et habitèrent la maison voisine de notre balafré ; la petite regardait souvent le vieillard qui faisait mine de rien voir et au fur et à mesure la petite lui parla, il devint plus familier avec les parents de la petite Bella, car tel était son prénom. Les premières cerises étaient pour elle les bonnes poires juteuses aussi ; il lui avait même fabriqué une cabane pour qu’elle puisse aller jouer et se reposer à l’ombre lorsque le soleil était très chaud. Le bonheur avait frappé à sa porte notre homme était Très heureux.

Les années passèrent et Bella allait Fêter son dixième anniversaire lorsque la petite fille annonça à ses parents le soir en mangeant que Mr Atchoum l’avait emmené dans un fourré pour lui faire voir un satyre ! Tel un grondement de tonnerre, les parents offusqués téléphonèrent à la gendarmerie qui empoignèrent sur-le-champ le « mauvais homme » et l’emmenèrent à la brigade sous les huées des villageois en colère.

Plusieurs jours après enfin deux jours seulement le pauvre diable s’en revint chez lui « libre » et le petit monde de ce village se posait des questions et faisait le procès de ce diable d’homme. Les gamins qui passaient devant chez lui jetaient des pierres en criant « le satyre, le satyre, le satyre » et, se sauvaient dés que la porte de la masure s’entrouvait.

Le pauvre homme ne sortait plus, le jardin devint très moche, l’herbe envahit les allées ; les animaux si bien choyés dépérirent, la boulangère qui depuis toujours lui portait le pain en prenant la monnaie eut la mauvaise surprise de voir son pain de la veille resté sur le bord de la fenêtre ; elle alerta en passant le maire du village qui en même temps était le notaire, ce dernier s’en vint et ayant appelé la gendarmerie , tout ce beau monde entra dans la masure, et là quelle fut leur surprise :il était là assis sur son fauteuil, l’intérieur était tout le contraire de l’extérieur, magnifique, rangé avec soin, le seul problème : plusieurs rangées de pains gisaient sur la table et lui la vie l’avait quitté.

La porte fut refermée, les scellés furent apposés, le notaire prit la parole je veux tout le monde présent pour l’enterrement ! Stupéfaction ! Mais pourquoi, et nos vieilles de deviser entre-elles….

Après la mise en terre, le maire notaire, ou plutôt c’était le notaire qui allait officier, réunit tout son monde dans la petite salle de la mairie, tous étaient présents : de la femme du maire à la bonne du curé, qui lui aussi était présent. Le maire, enfin le notaire prit la parole et déclara : « Mr Atgromwichlaslogochoum, était venu me voir il y a une paire d’année et avait déposé cette enveloppe écrite de sa main et cachetée à la cire, et de l’ouvrir devant tout le village le jour de sa mise en terre » Ce dernier ouvrit délicatement l’enveloppe après avoir brisé le cachet, il parcourut rapidement les feuillets en roulant des yeux sur ce qu’il lisait….. Il reprit la parole « Mr Atgromwichlaslogochoum, que chacun taquinait en le nommant « atchoum » était un descendant d’une famille très riche de Russie, il avait hérité de cette maison ainsi que de la propriété de sa grand-mère née en France qui s’était mariée avec le grand père venu de la lointaine Sibérie. Le défunt avait été enrôlé pendant la première guerre, avait été gravement blessé, d’où les cicatrices et son handicap et cité à l’ordre du mérite pour avoir sauvé ses compagnons et ensuite décoré de la croix de guerre. »

Les vieilles abasourdie continuaient a parloter de tout ça entres elles ; le maire notaire leva la voix et déclara : je laisse tout mes biens et ma propriété, ainsi que tout ce qui se trouve à l’intérieur, mes louis, objets d’art et liquidités aux habitants de notre village, à partager en parts égales !

Une voix s’exclama : « Le saint homme » Mais, car il y a un mais la petite Bella qui comme était pas assez grande pour être derrière s’approcha du notaire et lui tirant doucement le bas de son veston lui dit : « Monsieur, Monsieur, Monsieur » Quoi donc lui répondit ce dernier avec l’œil courroucé ; « Dans ma cabane, j’ai aussi une grande enveloppe avec les ficelles et le truc rouge qui tient le papier et les ficelles.

Le ciel serait tombé sur la tête des gueux de ce village, il ne se serait rien de passé de pire. Mais comment, as-tu eu ça demande le notaire ? –C’est Vladimir Atgromwichlaslogochoum qui me la donné et m’a dit de la cacher dans ma cabane.
Le village mené par le notaire, suivi de la gendarmerie et de tous les habitants se déplacèrent et se positionnèrent autour de la cabane : la petite entra et ressortie avec son enveloppe à la main. Le moustachu représentant la loi, le notaire vérifièrent : même enveloppe, même ficelle, même sceau et surtout même écriture !

On s’en retourna à la mairie et une fois de plus le maire notaire refit les mêmes gestes, parcouru rapidement les lignes écrites en palissant, suant et d’une voix tremblante annonça : Ceci est un codicille et qui annule le dernier testament que j’avais fait en faveur du village : je lègue tout mes biens (propriétés etc.…) à Bella la petite fille de mes charmants voisins !

Consternation, cruelle vengeance disaient les uns, c’est de leur faute disaient les autres en parlant des parents de Bella….. ;

La vie reprit son cours, au cimetière toutes les semaines Une rose est déposée sur la tombe de Mr Atgromwichlaslogochoum ; nul n’a vu qui la portait. Les années ont passées, les vieux et vieilles de cette histoire sont allés rejoindre le malheureux au cimetière et la masure n’a pas changée, toujours la vieille voiture, le jardin a reprit sa forme initiale, les fleurs sont toujours aussi belles, les fruits idem, même la volaillerie fait des bons gros œufs à deux, parfois trois jaunes, les chèvres fournissent un très bon lait et la petite vieille, blonde au yeux bleus va au marché de la ville avec la vieille auto ; où là bas tout le monde la connaît sous le nom de Bella.

Ah ! J’allais oublier, bof une toute petite chose sans grande importance : le satyre ce n’était qu’un papillon !

Jycé
Jycé
Jycé
Administrateur
Administrateur

Messages : 716
Date d'inscription : 14/05/2018
Age : 102
Localisation : Puisaye (89)

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum